Homélie du Card. Gottfried Danneels lors de la bénédiction et consécration de la chapelle



21 décembre 2000

Homélie du Cardinal Godfried Danneels

Bénédiction de la Chapelle le 21 décembre 2000 (Évangile de la visitation, Luc 1,39-45)

Frères et sœurs,

Dans l’Evangile d’aujourd’hui et celui d’hier , tout se passe entre deux maisons : la petite maison de Nazareth, où habite Marie et où l’ange est venu pour lui annoncer le Messie, et la maison d’Aïn-Karim, la maison d’Elisabeth, vers laquelle se dirige Marie, " rapidement " selon l’Evangile.

Dans notre vie aussi, tout se joue entre deux maisons : la maison de Nazareth, où nous écoutons, où nous recevons la visite de l’ange et où nous croyons à la parole de Dieu qui nous est adressée, et une autre maison, celle de l’engagement, de la charité, du travail quotidien. Marie passe de l’une à l’autre pour se rendre utile auprès d’Elisabeth. Ainsi dans ce quartier se trouve une toute petite maison, celle-ci, qui est la maison de Marie et de Nazareth, la maison de la contemplation, de l’écoute de Dieu, de la docilité. La maison du cœur, la maison de la Parole et du Livre. Et tout autour se trouvent les autres grandes maisons, qui sont les maisons d’Elisabeth où il faut travailler. Et il faudra donc continuellement - c’est le sens de cette implantation - passer de Nazareth à Aïn-Karim, et bien dans cet ordre-là, car tout commence là où l’on est à l’écoute de la parole de Dieu.

Tout commence près de Dieu, de la part de Dieu, dans la visite de l’Ange, dans la contemplation. Car nous sommes incapables d’inventer quoi que ce soit de durable et de fondé, et de bénéfique pour l’humanité, si nous n’avons pas d’abord été dociles à la parole de Dieu qui nous est adressée. Il faudra donc venir de temps en temps dans la maison Marie, de Nazareth, ici, pour écouter, pour contempler, pour faire silence, pour nous laisser travailler par la grâce qui nous vient d’En-Haut, pour pouvoir passer par après dans une autre maison où il faut travailler, où il faut mettre en pratique, où il faut s’engager, et pratiquer la charité. Et l’Evangile dit que Marie, la contemplative par excellence, passe toujours " rapidement " à l’autre maison : " Elle se hâta ", dit le texte, au-delà des montagnes, pour voir et pour aider Elisabeth. Car la véritable contemplation n’est pas une sorte d’auto-suffisance où on se complaît en soi-même, en goûtant les délices du ciel.

La véritable contemplation n’est jamais un fauteuil dans lequel on se met à l’aise. La contemplation, c’est se mettre sur la pointe de sa chaise, prêt à se lever, pour passer à l’acte. Car toute contemplation qui ne passe pas à l’acte est de la paresse, et de l’auto-consolation. Et tout acte qui n’est pas anticipé par la contemplation est un énorme risque, et très souvent, du labeur en vain.

C’est pourquoi le symbolisme de cette petite église au milieu de ces grands bâtiments est le symbolisme de Nazareth parmi les grandes maison qui l’entourent . Je vous invite donc à travailler dans ce sens-là, et à considérer cette maison comme celle de la prière. Elle est toute petite, elle est d’un tout autre style, d’ailleurs, que celui de tous les autres bâtiments tout autour. Peut-être pour signifier la continuité et l’enracinement historique de l’homme : nous ne sommes pas les premiers à travailler pour l’Europe. Il y a longtemps - je n’avais jamais pensé à ça - il y a 28 siècles qu’on y pense ! Ça me dépasse un peu tout de même, mais j’ai la foi en celui qui l’a dit !

Nous sommes ici au centre de l’histoire humaine, avec tous les styles possibles, et la continuité dans le même enracinement. Dans ce centre, où nous nous trouvons, et qui est le centre de l’espace administratif européen, où s’élaborent les compromis politiques, que cette chapelle, la petite maison de Nazareth, soit le creuset de l’espérance et de l’unité.

C’est bon que la religion et la politique, sans se mêler, en restant tout à fait distinctes, se reconnaissent mutuellement. Car la politique peut garder la religion des tentations de fanatisme et d’intégrisme. Et la religion peut garder la politique d’idolâtrie économique, pour se mettre au service des droits de l’homme, en lien avec Celui qui a créé l’homme, c’est-à-dire Dieu Lui-même.

Ainsi cette dialectique entre les deux maisons, qui est en même temps la dialectique entre la foi et la politique, n’est pas sans utilité, et est même indispensable. Cette maison sera peut-être aussi, je l’espère, le lieu où nous confessons nos pauvretés et nos souffrances. Nous n’accomplissons pas toujours ce que Dieu veut de nous, et notre service à l’humanité, et à l’Europe en particulier, est si pauvre, est si faible, est si fragile. Et en plus, nous sommes en tant que Chrétiens, divisés entre nous.

J’espère que ce lieu, qui est un lieu œcuménique aussi, sera aussi le lieu où nous confesserons notre pauvreté de cette désunion, et cette souffrance d’être séparés. Je prie aussi que ce soit le lieu où beaucoup de choses nous seront pardonnées, aussi bien ce que nous faisons en politique, pour l’Europe, que ce que nous faisons entre Eglises et en elles.

Que ce soit aussi le lieu du pardon et de la confession de l’Amour. Le lieu où nous reconnaissons nos fautes, où nous admirons l’héroïsme et la sainteté, où nous nous reconnaissons, pour le dire en un mot, dans toute notre vérité, qui est en même temps grande et toute petite.

Qu’enfin cette petite maison de Nazareth soit un lieu de conversion oecuménique et de reconnaissance mutuelle et de collaboration dans la même foi. C’est la Chapelle de la Résurrection, car dans toutes nos misères, et nos faiblesses, et nos fragilités, nous confessons que la vie a vaincu la mort, que l’unité est plus forte que la division, et que depuis que le Christ a cassé la pierre qui était sur le tombeau de l’humanité, et gardait l’homme captif de ses fragilités et de ses fautes, ce même Jésus va obtenir pour nous aussi la même Résurrection.

Ainsi, ce n’est pas seulement la maison de Nazareth, c’est déjà, dans la foi, le Ciel, anticipé bien sûr.

Que le vent soit toujours
derrière vous
Et la pluie tombe doucement
sur vos champs.
...

Document à telécharger
"L’homélie du Mgr Jozef De Kesel, Archevêque de l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles lors de la célébration du 15ème Anniversaire de l’inauguration oecuménique de la Chapelle pour l’Europe au service des milieux européens. Bruxelles, 28 septembre 2016"

[FR]

Conference to download
"Is God 5G compatible ?"
19.05.2016

Presentations from Ms. Erin Green (CEC Comunication Coord) and Daniel Izuzquiza SJ ( Dir. Digital Magazines) [EN]

Conférence à télécharger
"Le rôle des chrétiens dans l’Europe d’aujourd’hui"
20.01.2016

Le discours de Herman Van Rompuy [EN]




Agenda Juillet 2017

Chaque jeudi :
Ecumenical Prayer Lunch
Le prochain Prayer Lunch
Jeudi 29.06.2017, 13:00
Célébré par Chapel Team (Église anglicane/catholique/protestante)

Meditation :
Ignatian Prayer Group
Vendredi 02.06, 23.06 et 30.06- 18:00

Eucharistie
European Mass for Young Professionals
Dimanche 04.06 et 18.06.2017 - 19:00

Méditation :
Christian Meditation Group
Lundi, 05.06, 19.06 et 26.06.2017 - 19:00

Conférence :
Actualité de la théologie de la libération
Mardi,06.06.2017-19:00


Conference :
Three Narratives of Capitalism
Mercredi, 07.06.2017-19:00


Concert
Audition - Concert de Harpe
Samedi 10.06.20147-14:30

Photographie Exposition
Inspire Change
Lundi, 12.06.2017, 18:00


Prière
Plug into the Power of Prayer : 3rd get-together
Wednesday 14.06.2017, 18:30

Retraite :
Ignatian’s weekend retreat in silence
Vendredi 16.06. à Dimanche 18.06.2017

Concert
Summer Concert - Choir of Seamen’s Mission in Brussels
Sunday, 18.06.20147-15:00

Movie Night
"The Bucket List"
Wednesday, 21.06.2017 - 19:00

Eucharistie
Messe pour les enfants animée par les parents
Dimanche, 25.06.207 - 11:00

Prière
Anglican Communion Service
Mardi 27.06.2017 à 12h15

Prière
Prière de Midi Orthodoxe
Mercredi, 28.06.2017- 12:30